Time Bomb – Joelle Charbonneau


Time bombEditeur:
Milan
Parution Française: Août 2019
Nb de pages: 288

Résumé:
En ce samedi précédant la rentrée, le lycée devrait être vide. Pourtant, six ados y sont : Diana, la fille du sénateur, qui veut s’occuper de l’annuaire des élèves ; Rachid, qui cherche à se fabriquer une nouvelle carte de lycéen qui ne le stigmatiserait pas ; Z, parce qu’il est à la rue suite au décès de sa mère quelques semaines auparavant ; Tad, qui entend remettre à leur place ses coéquipiers de l’équipe de foot ; Cassandra, victime de bullying et bien déterminée à faire bouger les choses. Chacun a une bonne raison d’être là ; chacun a quelque chose à cacher.
Soudain, deux bombes explosent, et les ados se retrouvent confinés dans le lycée. Chacun jauge l’autre, se méfie. Les peurs et les vieux démons redoublent lorsque les lycéens comprennent que le poseur de bombes est parmi eux, et qu’une troisième bombe menace d’exploser. Aussitôt, les soupçons se tournent vers Rachid, parce qu’il est musulman. Mais le véritable poseur de bombes, bien sûr, a un tout autre motif pour agir…

Mon avis:
Que dire si ce n’est qu’une fois de plus je suis charmée par la plume de Joelle Charbonneau ?! J’ai dévoré et adoré ce roman en quelque heures grâce à cette plume toujours aussi addictive.

Le contexte est assez simple : un lycée, 6 lycéens et parmi eux, le poseur de bombes. En ces quelques mots, on comprend rapidement que l’on va assister à un huis clos dont on ne ressortira pas indemne. Car oui, ce roman prend aux tripes de par son effrayante réalité (cela est déjà arrivé dans un sens). Je trouve que l’autrice a parfaitement su jouer le huis clos en créant au départ quelques groupes dont les histoires interagissent avec celles des autres groupes. J’ai beaucoup apprécié naviguer de personnages en personnages afin d’avoir leur vision de ce qu’il leur arrive. Le suspense est vraiment maintenu jusqu’au bout mais il est vrai que pendant le roman on navigue entre : ils sont tous innocents et ils pourraient tous être coupables. J’ai vraiment apprécié l’écriture de l’histoire qui ne nous fait pas directement penser qui est le coupable.

Concernant les personnages, j’ai trouvé qu’ils avaient tous leur mot à dire dans ce récit et qu’ils étaient tous attachants. Il est vrai que ce sentiment est renforcé par la présence de stéréotypes forts (comme beaucoup de romans adolescents) mais ces mêmes stéréotypes nous permettent d’être en immersion totale dans l’histoire car forcément un des personnages nous ressemble (perso, j’ai éprouvé beaucoup de sympathie pour Cass dont l’histoire m’a chamboulée). Grâce à l’alternance de point de vue, on arrive à tout connaitre des personnages (même si on ignore qui est coupable jusqu’à la fin) et cela permet d’obtenir toutes les réponses que l’on pourrait se poser.

La fin est l’aboutissement de quelques heures de suspense (car le roman se passe sur 3-4h seulement) et on se sent libéré de toute cette pression et cette ambiance pesante. Dès les 2/3 du roman, j’avais une forte présomption sur un coupable mais les différents évènements m’amenaient à penser différemment. La révélation finale n’a pas été une entière surprise même si j’ai été étonnée par les raisons de son acte, chose que je n’avais pas vu venir.

En bref, un huis clos étouffant et palpitant qui nous fait passer par plusieurs états de stress pour les différents personnages très attachants. J’ai adoré la mise en scène et je pense que cela pourrait faire un bon film. Je recommande à fond cette lecture plus qu’addictive !

Lien Amazon :
Time Bomb

Ma note : 19/20

 

Airstronomy – Johanna Marines


AirstronomyEditeur: Mots en flots

Parution Française: Juin 2018
Nb de pages: 416

Résumé:
Ère Cassiopée, 2216. Imaginez un futur où la montée des eaux aurait redessiné le contour des continents. Un mode ravagé par l’Homme où la faune et la flore ont totalement disparu. Pire, un monde où le simple fait de respirer est devenu mortel.
Dans une cité rongée par le sel et battue par les embruns, les derniers habitants de cette planète tentent de survivre en haut des gratte-ciel. Mais comment vivre ses rêves quand l’air lui-même se vent et s’achète comme un vulgaire bien de consommation ? Plongez au cœur des bas-fonds malfamés de Toronto et transgressez les interdits de cette ville qui ne dort jamais. Mais prenez garde, car dans cette cité où tout n’est qu’illusion, gangrénée par l’eugénisme et les manipulations génétiques, un parfum de rébellion flotte déjà dans l’air. Nul doute, vous n’en sortirez pas indemnes…

Mon avis:
J’ai choisi de découvrir ce roman à la suite de ma lecture de Cendres de la même autrice que j’avais beaucoup apprécié. Malheureusement, ce ne fut pas le cas de cette lecture malgré un univers bien développé et bien pensé par l’autrice.

En ce qui concerne la mythologie du roman, j’ai apprécié la façon dont l’autrice l’a construite et la décrite. Le fait que l’air devienne irrespirable dans le futur à cause de nos actions du présent est totalement crédible et fait encore plus la publicité de ce futur effrayant qui nous attend si nous ne faisons rien. En revanche, j’ai trouvé que le monde n’est pas assez exploré (on ne sait même pas ce qu’il se passe sur le reste du globe). Il y a certains concepts intéressants tels que les personnes cryogénisés mais malheureusement on ne les voit que trop peu. De plus, j’ai manqué quelques précisions sur la transition entre avant (avant la catastrophe) et maintenant où les gens ont des bouteilles d’air implantées : Qui a été implanté en premier ? Comment le système de castes a été monté ? Comment ont été greffés les premiers ? Bref, beaucoup de questions actuellement sans réponse.

D’un point de vue du style, j’ai été surprise car contrairement à Cendres, j’ai trouvé la plume de l’autrice beaucoup moins fluide et avec beaucoup de lenteurs, phénomène que je n’avais pas ressenti pendant l’autre lecture. Enfin, j’ai trouvé la fin un peu trop prévisible et déjà vue en partie ce que je trouve dommage vu le concept innovant de ce roman.

En bref, un univers captivant mais hélas bien trop survolés. De nombreuses questions restent sans réponse après cette lecture et j’aurais aimé en découvrir davantage. Dommage.

Ma note : 13/20

 

Dividing Eden (T1) – Joelle Charbonneau


Dividing eden
Editeur: Milan

Parution Française: Juin 2018
Nb de pages: 312

Résumé:
Lorsque leur père le roi et leur frère aîné meurent, les jumeaux Carys et Andreus doivent s’affronter dans une série d’épreuves pour déterminer lequel des deux régnera sur le royaume d’Eden.
Eux qui n’ont jamais pensé à accéder au pouvoir et qui ont passé toute leur vie à se protéger mutuellement se retrouvent en concurrence pour la première fois. Andreus bénéficie du soutien du Conseil, Carys de celui du peuple. Impossible a priori de les départager, mais, dans l’ombre, chacun intrigue pour voir son favori monter sur le trône.
Malgré leur attachement, s’engage une bataille sans merci entre le frère et la soeur. Jusqu’où sont-ils capables d’aller pour obtenir la couronne ? Peuvent-ils continuer à se faire confiance ? Doivent-ils écouter les conseils de ceux qui, prétendument pour leur bien, les éloignent l’un de l’autre ?

Mon avis:
Depuis que j’ai lu l’Elite de Joelle Charbonneau, je suis convaincue que tous les romans de cette autrice valent le coup. Dividing Eden ne déroge pas à cette règle car ma lecture a été fantastique.

Parlons des personnages. J’ai adoré que soit abordé sous plusieurs angles l’amour fraternel entre Carys et Andreus. En effet, l’autrice joue beaucoup avec ce lien familial pour construire son histoire. On les voit dans leur quotidien et lorsque tout change, on les voit chacun de leur côté prendre des décisions impactant l’autre. J’ai en revanche trouvé le personnage d’Andreus un peu trop ambiguë ce qui a parfois entrainé de l’incompréhension de ma part quant aux décisions qu’il prend. De l’autre côté, on a Carys qui est une femme forte et à l’opposé de la gentille petite princesse qu’elle est censé être. Elle a des parents abominables et protège son frère coute que coute quitte à y laisser la vie. J’ai trouvé sa dévotion envers son frère touchante mais parfois dérangeante dans le sens où cet amour est souvent à sens unique.

Concernant l’intrigue, je trouve que la mise en place s’est faite assez rapidement et que la mythologie de l’œuvre est de suite mise en valeur. Ainsi, on a les bases de cette royauté ainsi que les différents acteurs nous permettant de s’inclure très rapidement dans l’histoire. Ce que j’ai évidemment le plus apprécié c’est le concours entre Carys et Andréus. J’ai trouvé cette partie particulièrement bien écrite, immersive et addictive grâce à la plume de l’autrice toujours aussi prenante. Je trouve que ce concours est très bien ficelé avec de nombreux rebondissements alors qu’il était couru d’avance dès le départ.

Le seul reproche que je ferais, c’est la longueur du roman. En effet, je le trouve trop court et je pense que coupler les 2 tomes aurait été une bonne idée. On est dans l’histoire à fond avec les personnages et pouf le roman est fini. La fin est tout à fait surprenante et donne encore plus envie de se plonger dans le tome 2.

En bref, une excellente histoire écrite avec merveille d’une autrice que j’adore. La mythologie du roman est bien pensée et les personnages sont parfaitement raccords. J’ai adoré la partie sur le concours et j’ai maintenant plus que hâte de découvrir la suite !

Lien Amazon :
Dividing Eden Tome 1

Ma note : 17/20

 

Mise à jour – Julien Capron


Mise à jour
Editeur: Le Seuil

Parution Française: Octobre 2017
Nb de pages: 224

Résumé:
Paris, de nos jours ou presque. Au sortir d’un plateau télé, Léandre Batz, journaliste en mal de sujet, croise le chemin d’une figure de la Comédie-Française, Olivia Muller. L’actrice est effondrée, elle vient de se voir refuser le droit à l’adoption : sa nOte est trop basse. Car il faut savoir qu’une application – aussi simple que cruellement efficace – régit désormais le quotidien de tous les utilisateurs de smartphone, autant dire d’à peu près chaque être vivant sur la planète. Cette appli, c’est eVal. Fini les TripAdvisor, le nombre d’amis Facebook, les étoiles sur Airbnb : eVal centralise tous les avis sur absolument tout. Y compris les êtres humains. Et elle ne fait pas dans la nuance. La nOte est maintenant le premier marqueur social, pour le meilleur et surtout pour le pire. Alors cette histoire d’adoption contrariée, c’est ce qu’attendait Léandre pour partir en croisade. Premier mystère à résoudre : comment la grande Olivia Muller peut-elle avoir une telle nOte ? Léandre va s’apercevoir que, concernant eVal, les explications les plus logiques ne sont pas forcément les meilleures. Et quand on sait que le cerveau milliardaire derrière l’appli que Léandre s’apprête à démolir n’est autre que son petit frère, l’enquête prend vite des allures de tragédie grecque.

Mon avis:
Je ressors de cette lecture très déçue car je n’ai pas réussi à accrocher au style et je pense que c’est pour cela que je n’ai pas accroché à l’histoire en elle-même.

En effet, le style ressemble à une interview d’une histoire passée. Et ce style ne permet pas du tout de s’accrocher aux personnages ni à l’histoire. Cette retranscription d’interview (d’ailleurs on ne sait pas pourquoi ni comment on en arrive là) est très saccadée entre les différents récits et ne permet pas du tout de se projeter dans l’histoire. Personnellement, j’ai été focalisée sur cette interview car je pensais qu’à un moment ou un autre, on saurait pourquoi c’est présenté comme cela mais pas du tout et je suis restée sur ma faim…

Les personnages n’ont pas été attachants. J’ai trouvé que leurs histoires étaient trop secondaires au contexte du livre que cela m’était égal de savoir comment ils s’en sortiraient. Du côté de l’univers, j’ai beaucoup aimé la réflexion de l’auteur sur les dérives potentielles de notre société. Car il est vrai que ce roman d’anticipation ne l’est pas vraiment étant donné que nous notons en permanence tout un tas de services, restaurants, hotels… Mais il est vrai qu’avoir une application pour noter les personnes est assez effrayant. J’aurais aimé que l’on en sache plus sur la mise en place de ce système et pas seulement d’en pâtir les conséquences.

En bref, un roman dont l’univers intéressant n’a pas été assez déployé avec un style (trop) particulier qui m’a fait perdre le goût pour cette lecture. Dommage car le concept et la réflexion sur notre société actuelle était vraiment passionnante.

Lien Amazon :
Mise à jour

Ma note : 12/20

 

Cogito – Victor Dixen


cogito
Editeur: Robert Laffont (Collection R)

Parution Française: Mai 2019
Nb de pages: 544

Résumé:
Un don du ciel…
Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.
…ou un pacte avec le diable ?
Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour  » améliorer  » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?
Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.
L’ultime frontière sera notre cerveau.

Mon avis:
Depuis Phobos, Victor Dixen = je lis sans me poser de questions ! J’avais hâte de découvrir le nouveau roman de l’auteur car je n’avais rien lu de lui à part Phobos. Je dois dire que je ne suis pas déçue, même si j’ai toujours une préférence pour Phobos (comparaison qui n’a d’ailleurs pas lieue d’être).

J’ai beaucoup aimé me plonger dans ce roman avec une écriture toujours aussi addictive de la part de l’auteur et toujours aussi immersive. Néanmoins, j’ai trouvé que la première partie était un petit peu trop lente à mon goût et j’aurais aimé plus de vivacité de ce côté-là. Ce sentiment de lenteur est vite balayé dès que les différents personnages arrivent sur l’île. En effet, on a alors la description d’un univers fascinant. Les différentes îles et leurs fonctionnements est un mystère bien précisé à leurs arrivées (mention spéciale pour la mise en page et les différentes cartes !). J’ai adoré naviguer et découvrir ces différents lieux en même temps que les personnages.

La deuxième découverte fût le programme neuronal en lui-même qui est assez vaste et impressionnant (terrifiant par certains côtés). J’ai beaucoup aimé découvrir cet univers innovant mis qui rend le futur assez déroutant et effrayant. En revanche, j’ai été moins convaincue par le « grand chamboulement » (pour ne pas spoiler) que je trouve vraiment tiré par les cheveux. Mis à part cela, l’histoire est crédible et on est vite pris au jeu.

Au niveau des personnages, j’ai regretté qu’ils ne soient pas assez charismatiques. Plusieurs fois dans ma lecture je me suis demandée « c’est qui lui déjà ? » ce qui n’est pas bon signe en général et qui révèle des caractères assez fades. Au-delà des personnages, j’ai adoré les différentes références de ces derniers envers le programme Genesis (i.e. Phobos). Certains pourraient critiquer car il s’agit d’histoires différentes mais j’ai personnellement apprécié !

En bref, du grand Victor Dixen ! Une écriture fluide et addictive avec un concept de roman vraiment innovant et intéressant. La mise en place est un peu trop longue mais vaut le coup pour introduire la suite du roman à couper le souffle. Je recommande vivement !

Lien Amazon :
Cogito

Ma note : 16/20

 

Dix – Marine Carteron


Dix
Editeur: Rouergue (Collection DoAdo Noir)

Parution Française: Mars 2019
Nb de pages: 302

Résumé:
1 manoir sur une île, 3 adultes, 7 adolescents, 10 coupables, 1 vengeance. Coupés du monde, sans moyen de communication, les candidats vont devoir s’affronter en prime time sur une chaîne nationale. Ils ne le savent pas encore mais le jeu a déjà commencé… et il n’y aura pas de gagnants.

Mon avis:
Je me suis plongée dans cette lecture grâce au résumé qui en dit beaucoup et peu à la fois et qui m’a donné le sentiment de rentrer une nouvelle fois dans les Hunger Games. Or, ce ne fut pas du tout le cas mais j’ai tout de même adoré ma lecture.

L’histoire est, somme toute, assez simple mais se révèle au fil des pages comme étant particulièrement complexe. Cette complexité est présente dès le début avec une mise en place très longue dû aux nombreux personnages à présenter. Bien qu’un peu lente, elle est néanmoins nécessaire au bon déroulé de l’histoire. Une fois cette partie passée et les différents protagonistes arrivés sur l’île, l’action est lancée directement avec beaucoup de panache. J’ai adoré le roman à partir de ce moment-là. Je trouve que l’auteur a su nous attirer dans son histoire et craindre pour les différents personnages de façon remarquable. Les personnages sont assez charismatiques pour que l’on se souvienne d’eux et je trouve que c’est un exploit lorsqu’il y en a autant.

Concernant l’intrigue, j’ai beaucoup aimé découvrir qu’il s’agit en fait d’une réécriture d’un célèbre roman d’Agatha Christie que je connaissais de nom mais dont j’ignorais le contenu (ce roman m’a d’ailleurs donné envie de lire l’histoire originale^^). Le suspense est maintenu jusqu’au bout du roman et j’ai adoré la résolution de cette affaire. Ce qui m’a le plus plu, c’est l’ambiance glauque et noire tout au long du roman avec les différents personnages dans un espèce de huis clos étouffant raconté à merveille par l’auteur. Ce roman m’a beaucoup fait pensé aux films Destinations Finales d’un point de vue de l’ambiance. La fin est pour ma part une surprise que je n’avais pas vu venir !

En bref, un très bon thriller avec des personnages hauts en couleurs et un suspense maintenu de A à Z. Le suspense est à couper le souffle et la fin est superbement amenée et surprenante. Quoi de plus pour un bon thriller ? Rien, c’était super !

Lien Amazon :
Dix

Ma note : 16/20

 

Rois de Cendres – K. Ancrum


Rois de cendresEditeur: Milan
Titre VO: The wicker king

Parution Française: Février 2019
Nb de pages: 336

Résumé:
August et Jack n’ont jamais fait partie du même monde. August est discret, alors que Jack est la star du lycée. Pourtant, tous deux partagent bien des secrets, à commencer par leur amitié qui remonte à l’enfance. Quand Jack semble envahi par des hallucinations inquiétantes, c’est le monde d’August qui s’effondre. Il réagit alors de la seule façon qui lui semble envisageable : en plongeant dans la folie de Jack.

Mon avis:
Je ressors de ma lecture assez mitigée malheureusement… J’ai été attirée vers ce roman grâce à la sublime couverture mais aussi grâce à la mise en page (pages noires). Et je dois avouer que cette mise en page y est pour beaucoup dans cette histoire. En effet, on voit Jack et August sombrer dans la folie peu à peu et cela colle parfaitement avec la noirceur de plus en plus présente dans les pages du roman.

L’histoire en elle-même est assez simple car on suit l’amitié très complexe entre 2 adolescents qui sont complètement dépendant l’un de l’autre. Mais d’un autre côté, la folie qui s’immisce dans leur amitié rend l’histoire bien plus complexe qu’elle n’y parait. En effet, on commence par s’inquiéter pour Jack qui a des hallucinations terribles alors qu’au final c’est August qui est au plus mal tellement Jack est vital pour lui et que sa santé à lui aussi se dégrade, limite plus vite que celle de Jack. J’ai trouvé que cette histoire d’amitié sans limite est vraiment un fond d’histoire très intéressant afin de savoir jusqu’où ils sont capables d’aller pour l’autre.

En revanche, je n’ai pas du tout accroché avec les personnages et je pense que c’est ce qui fait que je ressors de cette lecture mitigée. En effet, je trouve que les 2 personnages principaux ne sont absolument pas attachant et limite agaçant de rester à huis clos sans personne pour les aider malgré l’aide proposée par leurs différents amis. Je trouve que cela rajoute un côté agaçant mais également glauque car ils sont vraiment prêts à faire tout et surtout n’importe quoi.

Niveau intrigue et à cause de la décomposition du roman, je trouve qu’elle est trop hachurée et on n’a pas du tout le sens du timing. Est-ce que leur descente aux enfers se fait sur quelques jours, mois ? Aucune idée… Et les « chapitres » sont bien trop courts pour que l’on puisse rentrer dedans et comprendre ce qu’il s’y passe. La fin est quant à elle assez classique et du déjà-vu.

A mon sens, le plus important dans ce roman c’est la note de l’auteur. En effet, elle nous parle de la difficulté de parler à quelqu’un lorsque tout va mal et surtout lorsqu’il n’y a aucun adulte qui est capable de nous aider (c’est le cas pour Jack et August). Et je dois avouer que son message est sublime et d’une pure beauté : ce n’est pas de notre faute si certains fardeaux sont trop lourds à porter. Merci à l’autrice pour ce beau message, soyons fière de nous quoi qu’il arrive !

En bref, un roman à la mise en page aussi sombre que le caractère des personnages principaux et une intrigue sur la folie assez bien mise en place mais des personnages peu attachants qui peuvent rendre la lecture laborieuse.

Lien Amazon :
Rois de cendres

Ma note : 14/20